Nous vous avons déjà fait découvrir l’incroyable naissance du diamant. Il ne nous reste plus qu’à couvrir toutes les autres étapes de la mine au bijou. Pour le diamant, le processus qui conduit de la mine au bijou est plus facile à tracer que dans le cas des pierres de couleur car il est souvent géré par de grandes compagnies. Certaines d’entre elles, comme la De Beers,  intègrent tout le processus de l’extraction à la vente au consommateur.

  • Où les trouver ?
Cheminée diamantifère

Les diamants se trouvent soit dans des cheminées diamantifères, soit dans des graviers de cours d’eau, ou en bord de littoral, où ils se sont accumulés après l’érosion des roches mères. 75% des diamants dont 30% de diamants de « qualité gemme » proviennent des gisements primaires des cheminées diamantifères d’Afrique du Sud, du Botswana, de Russie et d’Australie. Les gîtes alluvionnaires du Brésil, du Venezuela, d’Afrique de l’Ouest, et d’Afrique Centrale  fournissent 25% de la production (60% de ces diamants sont de « qualité gemme »). Les gîtes de littoral, comme ceux de Namibie ou d’Afrique du Sud, sont particulièrement intéressants car 95% des diamants qu’on y trouve sont de « qualité gemme ».

  • Comment les extraire ?

La plupart des mines de diamant sont exploitées par quelques compagnies qui produisent de grandes quantités de pierres (De Beers, Rio Tinto, Alrosa). Les méthodes d’extraction se font à grande échelle de façon systématique et très mécanisée. Tous les diamants extraits vont être utilisés – même ceux qui ne sont pas de « qualité gemme » (utilisable en bijouterie joaillerie) – qui vont entrer dans des applications industrielles. Ainsi, il va falloir extraire 100 tonnes de roche kimberlitique pour trouver 5 grammes de diamant dont 1 gramme seulement de qualité gemme. Les cheminées diamantifères sont exploitées à ciel ouvert en découpant progressivement des gradins dans le sol de haut en bas de la cheminée. Dans les gîtes de littoral, le sable récupéré en creusant d’immenses carrières à ciel ouvert est utilisé pour construire d’immenses digues de protection derrière lesquelles l’exploitation se fait plus en profondeur. Pour séparer les diamants des autres minéraux, on utilise des faisceaux de rayons X (les diamants sont fluorescents), ou des tables à graisse (le diamant est attiré par la graisse et y adhère).

  • Difficile d’acheter des bruts !

Le marché des bruts est un système très organisé à la main de quelques opérateurs. La DTC (Diamond Trading Company), créée en 2000, centralise environ 75% de la production mondiale de diamants bruts. Les diamants de « qualité gemme » y sont répertoriés en 12 000 catégories par des trieurs hautement qualifiés. Ils sont ensuite principalement revendus en lots appelés « sights » à travers le monde à environ 80 diamantaires référencés par des courtiers (brokers). Dix fois par an, des lots leur sont proposés.

  • Et pour la pierre taillée ?

Les principaux centres de taille du diamant sont l’Inde (Bombay), la Belgique (Anvers), Israël (Tel Aviv) et les Etats Unis (New York). Les tailleurs appelés diamantaires vendent les pierres taillées soit à des fabricants de bijoux, soit à des grossistes négociants. Un référentiel de prix réactualisé chaque vendredi, le Rapaport, donne les prix des diamants taillés en fonction de leurs caractéristiques (poids en carat, forme, pureté, transparence). Il est difficile pour un particulier d’acheter en direct un diamant à un diamantaire et généralement ce sera votre joaillier qui va lui acheter en fonction du projet de bijou que vous aurez élaboré ensemble.

  • La  fabrication du bijou.
création sur mesure par un joaillier

Beaucoup de bijoux sont fabriqués à grande échelle en Extrême Orient. Les pièces uniques fabriquées par un artisan joaillier restent le « must ». Ce sont des créations qui du dessin au « gouaché » au sertissage sont de véritables chefs d’œuvre ! A lire absolument : les différents sertis et Qu’est ce qu’un chaton à 6 griffes en joaillerie.

  • Envie d’acheter ?

Les bijoux finalisés peuvent être vendus par un bijoutier, un joaillier, par un vendeur à distance ou par internet. Les bijoux d’occasion peuvent être achetés chez des antiquaires ou en salle des ventes.

Le conseil du coach :

Le diamant reste une des pierres précieuses les plus chères et l’achat d’un bijou avec un diamant ne se fait souvent qu’une fois dans une vie. Il ne faut donc  pas céder à l’achat d’impulsion et prendre toutes ses précautions avant d’investir. Au risque de se répéter, nous vous conseillons de demander un certificat d’un laboratoire spécialisé dans les diamants (GIA, HRD, IGI) pour tout achat d’un bijou avec un diamant de plus de 0,5 carat. La salle des ventes est une opportunité méconnue qui mérite d’être étudiée (cf billet : Acheter en salle des ventes : une opportunité méconnue). L’achat par internet nous semble plus risqué. (cf billet: Acheter sur internet : comment éviter les loups ?). Faites marcher votre réseau pour trouver un joaillier de confiance et faites vous plaisir en créant avec lui une pièce unique !