Depuis le 23 mars  l’exposition Toutânkhamon le Trésor du Pharaon, est accueillie à Paris et la France est prise d’égyptomania. On redécouvre  les pierres ornementales utilisées depuis l’antiquité, la cornaline, le lapis, la turquoise…

De gauche à droite Malachite, Oeil de tigre, Cornaline, Turquoise et Onyx ©Mon Coach Bijoux

Ces pierres sont appelées ornementales ou pierres dures. Ce sont les termes employés pour tout matériau en pierre, utilisé pour la sculpture d’objets et la décoration. 

On trouve aussi  sous cette appellation les pierres opaques ou translucides utilisées en bijouterie. Elles se  distinguent des pierres fines, par le fait que ces dernières sont transparentes.

Chez Mon Coach Bijoux nous en avons passé quelques unes en revue parmi les plus célèbres.

Collier Van Cleef & Arpels Image : ©Christie’s

# 1 La Turquoise

La turquoise était chère aux Egyptiens, aux Incas et aux Aztèques dans l’Antiquité. C’est l’une des plus anciennes pierres connues dans le monde de la joaillerie.

Extraite principalement en Iran, au Turkestan, au Tibet et aux États-Unis, la turquoise peut varier de bleu ciel à vert selon les quantités de fer et de cuivre qu’elle contient.  La turquoise est le joyau national du Tibet et a longtemps été considérée comme une pierre qui garantit la santé, la bonne fortune et la protection contre le mal.

Lapis lazuli d’Afghanistan vendu chez Christie’s
Image : ©Christie’s



# 2 Le Lapis-lazuli

 L’une des pierres ornementales les plus populaires de tous les temps. Cette pierre, d’un bleu outremer intense, parsemée de paillettes dorées évoquant la voûte céleste, a depuis toujours fasciné les sociétés humaines. Dans les anciennes civilisations de Mésopotamie, de Chine, de Grèce, d’Égypte et de Rome, il était aussi apprécié que le saphir et la turquoise.

Le lapis-lazuli est typiquement bleu cobalt, souvent avec des taches de pyrite (dorée) et/ou de calcite (blanche). Avant le XIXe siècle, il était réduit en poudre pour créer le pigment bleu outremer utilisé par les peintres. 

Vases en Malachite de Russie Image ©Christie’s

# 3 La Malachite

La malachite est présente dans toutes les civilisations et dans toutes les croyances. On l’utilise depuis des millénaires à des fins médicinales, cosmétologiques et décoratives. 

Les Egyptiens s’en servaient comme fard à paupières. On a retrouvé des palettes datant de l’époque pré-dynastique (4000 ans av JC). 

Au 19ème siècle, d’énormes blocs de malachite de plus de vingt tonnes sortaient des mines de l’Oural en Russie. Ces gigantesques gisements ont fait la richesse des tsars. La plupart des objets décoratifs en malachite que nous admirons fréquemment dans nos châteaux et musées proviennent des carrières russes.

D’une dureté très moyenne (3,5 à 4 sur l’échelle de Mohs), la malachite se raye assez facilement. On pense d’ailleurs qu’elle tire son nom de ce manque de dureté : Malakos signifie mou en Grec.

Piaget montre Oeil de tigre et or ©Christie’s

# 4  L’Oeil de tigre

L’œil de tigre est une variété de quartz de couleur jaune brunâtre à brun brun ou brun rougeâtre, selon la présence d’oxyde de fer.

On en trouve dans de nombreux endroits dans le monde. Les deux sources les plus importantes aujourd’hui sont la Thaïlande et la province du Cap en Afrique du Sud.


# 5   La Cornaline

Entaille Grecque en Cornaline 500 av JC
©Christie’s

La cornaline appartient à la grande famille des quartz comme le jaspe, l’onyx, l’oeil de tigre ou encore le chrysoprase.

Comme le lapis-lazuli, la cornaline était l’une des pierres préférées de nos ancêtres. Partout dans le monde, les peuples anciens utilisaient ces deux pierres pour fabriquer des bijoux, des sceaux et des talismans.

# 6 L’Onyx

Camée en onyx Romain 1er siècle av JC ©Christie’s

L’Onyx est une variété de calcédoine présentant des strates blanches et noires. Depuis l’antiquité, les hommes ont tiré partie de ses bandes de couleurs pour graver des camées.

Les gisements d’onyx se trouvent dans le monde entier.

Le conseil du Coach : La variété des pierres ornementales, leur facilité à être travaillées et leur abondance, permettent d’acquérir des bijoux de très belle facture à des prix raisonnables. Ouvrez l’oeil dans les salles des ventes !

Pour aller plus loin :

Acheter en salle des ventes : Une opportunité méconnue.

Le catalogue de la vente de pierres gravées, chez Christie’s New York le 29 avril